Il y a un an disparaissait le leader du Raam Daam Thione Seck

Le 14 mars 2021 – 14 mars 2022. Il y a un an jour pour jour disparaissait l’artiste, leader du Raam Daam Thione Seck, des suites d’une maladie à l’hôpital Fann de Dakar.

Né le 12 mars 1955 à Dakar, Thione Ballago Seck a eu 66 ans deux jours avant sa disparition. Issu d’une famille de griot, son arrière-grand-père était chanteur à la cour de Lat-Dior, célèbre Damel (roi) du Cayor et résistant notoire à la colonisation française. Très jeune, il fréquente les cérémonies traditionnelles et tout de suite, Dakar lui découvre un véritable talent. C’est pourquoi les premiers succès de Thione Seck, qui suivent l’excellence traditionnelle, font référence.

Après l’avoir envoyé en formation au Star Band, le chanteur vedette Abdoulaye Mboup le prend sous son aile au sein de l’Orchestra Baobab. Nous sommes en 1973, et Thione n’a que 17 ans. « Mboup, qui est alors aussi membre de l’ensemble traditionnel lytique du théâtre national Sorano, avait besoin d’être régulièrement remplacé car il ne pouvait assister à toutes les soirées de l’orchestra Baobab », raconte le Pr. Ibrahima Wane, Thione Seck lui-même raconte dans une chanson qu’on le prenait pour son fils : « Quand je marchais dans les rues de Dakar, les gens qui m’apercevaient disaient : “voici le fils de Laye Mboup’’ ».

Naturellement, quand en 1975 le chanteur star du Baobab décède tragiquement, Thione Seck reprend les morceaux de son mentor et sa place dans l’orchestre. Il en deviendra une des icônes, et sa voix plane encore magistralement sur des chansons comme « Mouhamadou Bamba ». Le label Syllart qui l’avait publié a d’ailleurs salué sa mémoire en publiant une archive vidéo inédite de ce titre.

Emporté par une courte maladie, la disparition de Thione Seck a surpris tout le Sénégal. L’artiste, qui préparait avec enthousiasme un album panafricain d’envergure est parti sur la pointe des pieds, après avoir contracté le Covid-19. Depuis l’annonce du décès ce jour là, c’est une pluie d’hommages. Le réalisateur sénégalais Nicolas Sawalo Cissé indique que « la voix aux rimes poétiques n’est plus ». Coumba Gawlo Seck parle de la disparition de « notre porte-drapeau, celui qu’on appelait affectueusement Papa Thione ».

Youssou Ndour lui aussi a exprimé sa tristesse en ces termes « Adouna dou dara !! La vie n’est rien. Notre grand frère est parti. Dieu a donné, Dieu a repris. Que Dieu l’accueille au Paradis. » Quant à Baaba Maal, il souligne que la musique sénégalaise vient de perdre un de ses piliers. « C’est quelqu’un qui a su comprendre que le rôle de l’artiste n’est pas d’entretenir les gens mais d’éduquer les populations surtout les jeunes générations », disait l’artiste.

Les dernières années du musicien ont été ternies par une longue saga judiciaire dans une affaire de faux billets, qui lui a valu une détention provisoire de neuf mois en 2015. Début mars, la Cour suprême du Sénégal avait annulé toute la procédure à son encontre.

Posted in RIP

Leave a Comment